Partie des Comportements Islamiques

Leçon 2 : La persévérance, la patience et l’endurance ; la satisfaction envers Allah

 

Allah ta^ala dit :

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ اسْتَعِينُواْ بِالصَّبْرِ وَالصَّلاَةِ إِنَّ اللّهَ مَعَ الصَّابِرِينَ

(‘ista^inou bi ssabri wa ssalati ‘inna l-Laha ma^a ssabirin)

ce qui signifie : « Aidez-vous par le patience et par la prière, certes, Allah soutient et aide ceux qui front preuve de patience » [sourat Al-Baqarah / 153].

La patience (assabr) compte parmi les devoirs du cœur. Elle consiste à retenir son âme et la contraindre à une chose qu’elle réprouve mais qu’elle peut supporter ou lors de la séparation d’une chose qu’elle désir.

1- La persévérance dans l’accomplissement de ce que Allah a rendu obligatoire comme actes d’obéissance.

2- La résistance face à ce que Allah a interdit.

3- L’endurance face aux difficultés et aux épreuves.

1- La persévérance dans l’accomplissement de ce que Allah a rendu obligatoire : c’est se contraindre soi-même à accomplir les obligations religieuses que Allah a ordonné d’accomplir, telles que faire les prières dans leurs temps respectifs, jeûner le mois de Ramadan ou encore assister aux assemblés de science de la religions afin d’apprendre les choses de la religion que Allah a rendu obligatoire d’apprendre.

2- La résistance face à ce que Allah nous a interdit : c’est se garder de ce que Allah a interdit de commettre. Cela nécessite de faire un effort conséquent sur soi-même pour ne pas céder à la tentation de commettre les interdits, tels qu’abandonner la prière obligatoire, boire de l’alcool ou voler.

3- L’endurance face aux difficultés et aux épreuves : c’est-à-dire face à ce qui déplaît et à ce qui gêne : douleur, mal, conditions de vie difficiles, tristesse ou chagrin ressentis à cause d’un malheur ; ce bas monde est en effet la demeure des épreuves et la demeure des actes alors que l’au-delà est la demeure dans laquelle on rendra des comptes. Le Messager de Allah sallallahu ^alayhi wa sallam a dit:

إِنَّ اللهَ عَزَّ وَجَلَّ يَقُولُ: إِذا ابْتَلَيْتُ عَبْدِي بِحَبِيبَتَيْهِ فَصَبَرَ عَوَّضْتُهُ مِنْهُمَا الْجَنَّةَ.

(‘inna l-Laha ^azza wa jalla yaqoul : ‘idha-btalaytou ^abdi bihabibatayhi (‘ay ^aynayh) fasabara ^awwadtouhou minhouma l-jannah)

ce qui signifie : « Certes Allah ^azza wa jalla dit : Lorsque J’éprouve Mon esclave par [la perte de l’usage de] ses yeux et qu’il patiente, Je lui donne en échange le Paradis » [rapporté par Al-Boukhariyy].

La satisfaction envers Allah, dans le sens de se soumettre à Lui : il est du devoir de toute personne responsable de ne pas objecter contre Allah ta^ala et de se satisfaire de Sa prédestination et de Sa volonté. La satisfaction envers Allah fait partie des devoirs du cœur. Elle signifie : être soumis à Lui, tabaraka wa ta^ala.

Il convient donc que le musulman fasse preuve de patience, qu’il prenne pour habitude de patienter, qu’il se soumette entièrement à Allah et qu’il s’en remette à Lui en toute circonstance.

Show More

Related Articles

Back to top button